Dans quelle état j'ère?

Publié le par Zsa Zsa

Ma journée est rythmée par le muezzin et c'est bientôt le ramadan.Les gens me posent question, tout à l'air tellement évident pour tout le monde que je me cherche un peu moi.

Je n'ai pas été baptisée ni élevée dans une religion quelconque.

Mais là, après une conversation religio-spirituelle avec un jeune musulmane éclairée, avec qui je pouvais vraiment discuter, en défendant ma façon de voir, j'ai enfin pû me coller une étiquette! Ouf ça fait du bien de pouvoir répondre quelque chose, quand on m'accuse de ne croire en rien (c'est très faux) parce que je ne sais jamais comment réduire en un mot tout mon cheminement intérieur!

Je me suis souvenue d'un livre lu en cours de philo, cette torture quotidienne (7 heures par semaine en terminale L) parce que je n'avais pas compris qu'on me demandait pas du tout mon avis, juste il fallait argumenter.bof! Si je ne dois pas parler de moi.....

Mais il y a un bouquin que j'ai compris et très bien, c'est "l'existentialisme est un humanisme" de Sartre, Jean Paul.

Ce qui m'embête avec les religions notamment celles du Livre, c'est cette notion de récompense ou de punition à la fin.Ce qui fait que même la meilleure des actions est somme toute intéressée.Comme si on était des gosses.Régit par l'angoisse de se voir brûler les miches dans la grande grillade éternelle et "c'est long l'éternité, surtout vers la fin".

Et puis que la Foi soit ostentatoire et se traduise par des actes physiques et des habitudes assez peu analysées finalement.

Et dire aussi que tout est écrit -mektoub- ce qui en général autorise toutes les dérives (je fume, Dieu décidera si j'aurais un cancer ou pas.....heuuuu), et surtout l'irresponsabilité la plus totale.

J'ai enfin compris en le disant comment je conçois mon passage sur terre:

L'entière et totale responsabilité de ma vie d'un bout à l'autre, qui n'autorise pas la mauvaise foi, et me pousse à l'introspection perpétuelle, dans une réflexion quotidienne sur tous mes actes.Point d'habitude ni de tradition, l'existence précède l'essence.

Et surtout, ce devoir envers l'Humanité.

Ma maman me disait toujours, quand tu fais le mal, si tu deviens un assassin, tu fais de toute ton ascendance, une ascendance d'assassin, et de ta descendance, une descendance d'assassin.Tes actes ont des conséquences bien plus étendues que tu ne le crois.

On est chacun un spécimen de l'Humanité, sur lequel l'Humanité entière peut être jugée.

"Si tu sauves une vie, tu sauves l'Humanité toute entière."

Par nos actes on choisit la définition de l'Homme.

Je trouve que c'est bien plus motivant, et enfin, on est libre et reponsable entièrement de toutes nos actions et réactions.On est totalement actifs de nos vies!

Seule notre conscience se pose en juge.A nous de trouver le bien et le mal.

Quelle Humanité voulons-nous?

Le challenge est tout autre!

Et puis à la fin d'une vie bien remplie et entièrement de notre fait, on retourne simplement d'où on vient, je n'ai pas je crois un si mauvais souvenir de mon état d'avant ma conception.Un repos bien mérité, dans l'absence de souvenir, pas de regret ni de nostalgie de ceux qu'on a aimés.Le paradis?

Bon je vous laisse, l'Humanité savonne aujourd'hui.

humanite_-vmo0005.jpg

Publié dans Idées surtout...

Commenter cet article

Nandini - Ahelya 22/05/2010 13:39


Au fait je suis adventiste (courant protestant) et en effet je différencie grandement foi et religion...je ne te dis pas les problèmes que ça me pose parfois...

Quand je vois ce qui est écrit noir sur blanc et qu'on me dis "oui mais en fait bla bla bla...et puis blablabla"...bref!
Parfois je comprends ceux qui confondent les discours et la vie concrète.
Quel sujet passionnant!

COmme le dit Pat, ce sujet est peu ou pas abordé sur nos blogs et pourtant c'est une partie de nous.
J'aurais aussi aimé étudier la théologie mais y'a pas de sous!!!

Et je constate que beaucoup de ceux qui se mettent au naturel ont une spiritualité profonde ou sont en recherche...intéressant!!

Purée, c'est compliqué l'homme, encore plus quand c'est une femme qui pense :P
(j'ai droit de dire ça, je suis une femme qui pense trop ^_^)


Zsa Zsa 22/05/2010 18:13



je rêve aussi de cours de théologie, le peu d'histoire des religions fait à la fac m'avait passionée...Fait voir s'il y a des cours pas correspondance! ça me dit bien ça...


Moi aussi je pense beaucoup trop pour mon bien, mais on ne se refait pas, et c'est les aléas de la vie qui nous poussent à chercher un sens....



Nandini - Ahelya 22/05/2010 13:24


Je ne me suis jamais sentie jugée par tes propos ok?
Y'a pas de souci et j'adooooooore discuté de tout car j'assume tout!!!

Des bisous ma Zsa Zsa!!!


Zsa Zsa 22/05/2010 18:12



Aaaaaaahhh... et bien todo va bien alors!


j'adoooore discuter too..(je crois que je suis sur le mode international...)


boussa



bluetansy 21/05/2010 23:30


Je me demande pourquoi je n'étais pas passé par ici depuis si longtemps... La lecture y est toujours aussi agréable...


Zsa Zsa 22/05/2010 00:06



Tout le plaisir est pour moi!!! rebienvenue!!!



pat0212 21/05/2010 22:00


Quel article passionnant, ainsi que les commentaires qui vont avec.

Je suis aussi une grande fan de l'existentialisme est un humanisme du grand Jean Paul. Nous l'avons étudié en déàtail au cours de philo, c'était d'ailleurs le seul livre que j'avais aimé dans cette
branche.

Plus tard j'ai fait des études de théologie (je suis protestante) et nous l'avons repris au cours de philo, ainsi que Kierkegaard et le génial Je te Tu de Buber. Je vais voir si je le retrouve, je
suis sûre que tu vas aimer, c'est un précurseur de l'existentialisme.

Je crois qu'il ne faut pas confondre foi et religion. Les religions sont l'interprétation par les hommes des paroles divines et comme ils ont peur de la liberté, ils en font un système de
dogme.

On voit très bien ça avec la Réforme au seizième siècle. L'Eglise catholique était entièrement corrompue, en particulier avec le trafic des indulgences, le peuple était maintenau dans l'ignorance.
Luther redécouvre la foi et le salut par la Grâce. Il ouvre un immense champ de liberté dans l'esprit des gens. Malheureusement ça ne manque pas de tourner à l'anarchie avec la guerre des paysans
(1525) puis les anabaptistes. Donc le pouvoir séculier resserre la vis après les débordements sociaux que cette liberté a entraîné. Et quelques années après les réformateurs suivants bétonnent le
système, en particulier Calvin, homme de loi qui va faire de Genève une ville puissante mais sous le régime de la théocratie.

Luther a fait tomber les barrières, les notions de paradis, enfer et purgatoire pour dire simplement que l'Homme est libre et sauvé par grâce. Sa devise est "pèche courageusement", parce que,
dit-il, là où le péché a abondé, la Grâce a surabondé. Le péché dans la compréhension de Luther est le manque de foi et pas la trangression morale, il n'est surtout pas un moraliste.

Et Calvin est venu mettre de l'ordre dans ce joyeux fouillis, il a édicté des lois, il a géré la ville de Genève d'une main de fer et surtout inventé la notion de double prédestination. Le système
était menacé par la liberté découverte par Luther, il avait besoin d'un homme à poigne comme Calvin.

Et c'est ainsi que les protestants, au lieu d'être heureux de l'amour inconditionnel de Dieu qui les libère des peurs (enfers etc.) sont devenus les gens austères et engoncés dans leur pricipes
qu'ont a connu de l'époque de Calvin à il n'y a pas si longtemps.

Moi je me reconnais du protestantisme dans la version de Luther, qui est un chemnin de liberté et de responsabilité.

Merci Zsa Zsa de ton article qui nous permet de nous exprimer sur des convictions qu'on ne partage pas souvent sur nos blogs.


Zsa Zsa 21/05/2010 22:24



et merci à toi pour cette partie de l'histoire que je ne connaissais pas, et que tu vas me réexpliquer en détails, il y a des termes que je ne connais pas.Honte à moi, le christianisme est la
religion que j'ai le moins étudié...Et ce que tu dis sur Foi et religion est exact, c'est ça que je ressens...


des bisous ma Pat



Nandini - Ahelya 21/05/2010 11:44


Je n'ai pas adhéré au bouddhisme parce-que je n'ai vu aucune raison d'espérer...renoncer, toujours renoncer à tout mais pour quoi?...la justice par les oeuvres...mais agir par compassion envers
autrui pour atteindre le Nirvana, c'est de l'intérêt quelque-part? non?

(Cela n'empêche pas qu'il y ait de bonnes personnes partout, soyons clairs)

* Nandini qui s'interroge *


Zsa Zsa 21/05/2010 22:15



bien sûr que c'est de l'intêret.je suis plus du coté des philosophies Zen : On ne sait pas et on risque de ne jamais savoir pourquoi on est là, mais si nous sommes là, soyons là complétement et
faisons le bien. (ouf, ça si c'est pas du résumé condensé....Si un moine zen passe par là, qu'il soit indulgence!!!!)


*Elsa aussi...et heureusement!*


Edit: voilà ce qui me tracasse depuis tout à l'heure et Pat m'a aidée à mettre le doigt dessus:


la différence entre Foi et religion, ce que l'on ressent qui diffère de la pratique et enfin et surtout, ce que tu décris comme un coup de foudre, donc irraisonné, et non contrôlé.Je ne parle pas
ici ce qui est incontrôlable, et je ne me sens pas fautive de ne pas croire car ça ne se décide pas, ce qu'il y a c'est que je ne suis pas d'accord avec le fait de vivre et pratiquer sans
cohérence, sans chercher à comprendre et à s'améliorer.Donc Rien à voir avec ce que tu vis et penses.AAAAAhhh, ça va mieux quand il y a des mots sur des sentiments!je me sentais pas très bien
comprise, à juste titre, mon post n'est pas complet!


a toi le doliprane!